Les Dingo belges souffrent au Mali

Les Dingo belges ont roulé 23.611 kilomètres depuis le début de leur mission en novembre 2018 (crédit-photo Vincent Bordignon/BE Défense)

Au Mali, les véhicules tout-terrain blindés Dingo souffrent des conditions difficiles du terrain.

Depuis novembre 2018, un détachement d’une quarantaine d’hommes du bataillon de Chasseurs à Cheval est présent au Mali au sein de la MINUSMA. Les militaires belges effectuent des patrouilles autour du camp de Gao jusqu’à 200 kms pour récolter des renseignements dans neuf véhicules tout-terrain blindés Dingo. Le site de la Défense indique que les véhicules souffrent des conditions difficiles du terrain avec une utilisation intensive. Les mécaniciens ont effectué une quarantaine de réparations pour des pannes plus ou moins graves. Du travail pour les 18 hommes chargés entre autre d’assurer la maintenance et la réparation des véhicules. De plus, la climatisation étant défectueuse, les militaires belges effectuent leur mission sous 45 degrés avec leur équipement complet.

Les Dingo sont entrés en service au sein de l’armée belge en 2006. Le général-major Marc Thys nous avait indiqué en novembre dernier qu’il ne possédait seulement que 62 % de la flotte nécessaire en Dingo et que la moitié de cette flotte était présente en unité d’où une usure accélérée des véhicules car plus sollicités.

Les Chasseurs à Cheval sont également présents en Afghanistan depuis avril 2018 pour une mission similaire au profit de la mission de l’OTAN Resolute Support. Ils utilisent aussi des véhicules Dingo pour l’effectuer.

Laisser un commentaire