Des conséquences réelles pour le F-35 belge après la diffusion du rapport du POGO ?

Le choix du remplaçant du F-16 a été un long processus difficile mais qui a abouti en octobre 2018 par le choix du F-35, un appareil qui satisfait les pilotes de la Composante Air

Un rapport du POGO, dont s’est fait largement l’écho la presse belge, a relancé des craintes sur les F-35. Que faut-il en retenir ? Un point sur les dernières nouvelles en rapport avec l’arrivée du F-35 en Belgique.

La presse belge s’est largement fait l’écho ces derniers jours d’un rapport du POGO (Project On Government Oversight), un groupe de recherche indépendant à Washington qui enquête sur les abus de fonds publics. Ce rapport pointe 941 manquements et défaillances du F-35: précision de tir approximative, durabilité mise en doute (fissures, cassures…), piratage « facile ». Le site 7sur7 titre « les F-35 de l’armée belge seraient… inaptes au combat » et conclut ainsi: « L’information a de quoi surprendre. L’année passée, le gouvernement Michel II a en effet validé l’acquisition de 34 avions de combat F-35 auprès du constructeur américain pour une valeur totale de 4 milliards d’euros. » La presse belge laisse ainsi entendre que l’armée belge a acheté un appareil qui ne pourrait jamais être utilisé. D’ailleurs, l’opposition n’a pas tardé à s’en emparer pour dénoncer une nouvelle fois de plus l’achat.

Josep Henrotin, est spécialiste des questions de défense et rédacteur en chef de la revue Défense & Sécurité Internationale

Pour en savoir un peu plus sur ce que signifiait ce rapport, nous avons demandé l’avis à un expert, Josep Henrotin, spécialiste des questions de défense et rédacteur en chef de la revue Défense & Sécurité Internationale« Le POGO est effectivement souvent précis mais historiquement assez suspicieux sur le F-35 ; à raison dès lors que le programme manque de transparence, qui est le leitmotiv du POGO. Sur le fond, c’est une bonne synthèse mais il me semble que rien n’est fondamentalement neuf », nous a-t-il ainsi expliqué. Les problèmes du F-35 ne sont plus un secret. Le programme est bien trop avancé pour que Loockhed Martin revienne en arrière et des appareils ont déjà livrés à d’autres forces aériennes étrangères (Italie, Pays-Bas par exemple). « L’IOC (capacité opérationnelle initiale) a été déclarée dans plusieurs cas mais manifestement, c’est essentiellement déclaratoire. La « vraie » opérationnalité sera lorsque le Block 4 et toutes ses fonctions seront validées et utilisables en tous temps et en tous lieux. A force d’investissements, il n’y a pas de raisons que ce ne soit pas le cas. Par contre, la question sont « quand » et « à quel prix »… », nous a précisé Joseph Henrotin. C’est sur ce point que reste l’interrogation quant à l’acquisition de F-35 par la Composante Air.

Vol d’essai d’un F-35 néerlandais depuis la base Edwards en octobre 2018 (crédit-photo NL Defensie)

La Cour des comptes belge a rendu dernièrement un audit sur cet appel d’offres, qui a été très contesté tant par l’opposition politique que par la France et Dassault. Cet audit conclut que tout s’est déroulé dans les règles et que l’armée a fait son travail avec intégrité, ce qui a toujours été défendu par l’Etat-major de la Défense malgré les discrédits jetés sur certains membres de l’équipe d’évaluation par la suite blanchis. Toutefois la Cour des comptes met en garde contre une série de risques, dont le taux de change qui peut influer sur le prix d’achat ou les retombées économiques qui restent vagues. Effectivement, les contrats ont été signés en octobre dernière en toute discrétion et le flou demeure sur les réelles retombées. Dernièrement, l’industrie wallonne ne se montrait guère optimiste et craignait des compensations minimes. Le colonel Harold Van Pee, le chef du programme de remplacement des F-16 belges, a indiqué sur Twitter que l’industrie belge aurait des opportunités à saisir après la décision des Etats-Unis de suspendre la livraison de F-35 pour la Turquie.

La Belgique a commandé 34  F-35A. Les huit premiers exemplaires, qui seront livrés en 2023 et 2024, seront basés en Etats-Unis pour la formation du personnel. Les premiers F-35 arriveront en Belgique à partir de 2025.

5 commentaires

  1. En lisant en diagonale, le rapport, c’est surtout les versions C et B du F35 qui sont décriées. Les premiers appareils de la BAF n’arriveront que dans 5 ans, ça laisse encore le temps au programme pour arriver à maturité.

    • 5ans de plus aux 10ans de retard de cet avion… Certains ont du temps de l’argent et de la souveraineté à perdre 😋.
      Aucune amélioration notable n’a été enregistrée jusqu’ici pour corriger les défauts majeurs, il n’y a aucune raison pour qu’ils soient corrigés dans un futur proche.

  2. POGO est un think-tank de gauche et anti-militariste. Ils sont opposés par principe à tout programmes militaires et le F-35 est naturellement une de leurs cibles favorites vu la visibilité du programme. Ils sont également très loin d’être des experts et n’ont pas toutes les données en main. Aucune crédibilité.

    Je ne suis cependant pas surpris que la presse belge s’est fait l’écho de ce rapport vu leur amateurisme et leurs propres biais de gauche et tendances anti-militaristes…

    • Que le pogo soit de gauche ou droite n’a aucune importance, les défauts insurmontables du f35 sont réels et l’incompétence qui a conduit à confier la défense de la Belgique à cette bourse est criminelle, ou simple stupidité, à voir…

  3. Bonjour,
    Je suis français et évidemment, j’aurai preferer que bruxelles ai choisi le Rafale de chez Dassault, avion à maturité opérationnelle et ayant éprouvé ses qualités.
    Voila pour le cocorico!

    Mais surtout, le programme F35 est une nouvelle erreur amercaine, de vouloir faire 1 avion pour les 3 armes. Erreur deja faite par le passé avec le F111. Au states, les differentes armes se font une guerre industrielle depuis toujours, et demolisent les programmes ambitieux, comme le Cheyenne, perle technologique, parti au oubliettes, remplacé par l’Apache pour l’armée de terre, et le A10 pour l’armée de l’air, et tout cela a triplé le coût de depart.

    Le F35, sert aujourd’hui a detruire la concurence et annihiler tout programme futur, et comme disait Marcel Dassault, un avion mal né sera toujours un mauvais avion. La navy veut prolonger ses F18, tout est dit.

    Qui va payer la facture en belgique?
    Le contribuable en premier, mais ça, c’est partout pareil.
    Les groupes, qui comme Sabena, sont surtout en Wallonie. Et l’unité politique des Flamands envers les Wallon est fragile…
    Cela est bien dommageable, avec un groupe comme Sabena si bien installé en France, je pense qu’il avait bien mieux a faire pour allez vers une industrie européenne de la defense!

    Felicitations aux americains, AMERICA FIRST, tout est dit.

Répondre à Didier Annuler la réponse.