Trois militaires belges blessés dans une nouvelle attaque à l’IED au Mali

Le Dingo belge touché par l’explosion d’un IED lors de l’attaque du 1er janvier 2020 (crédit-photo BE Défense)

Trois militaires belges ont été blessés au Mali par un IED. 

La Défense belge a annoncé tard hier soir que trois militaires belges de la Minusma, la mission de l’ONU au Mali, avaient été blessés ce vendredi vers 18H09 (heure belge) dans le nord du Mali. Le véhicule belge, sans doute un Dingo, a roulé sur un IED (engin explosif improvisé). Un militaire a été transféré dans un hôpital français à Gao pour y subir une intervention aux pieds. Les deux autres militaires (l’un des deux avec un bras cassé) ont été soignés sur place. Leur état est stable et leur pronostic vital n’est pas engagé.

Il s’agit de la deuxième attaque à l’IED dont sont victimes les militaires belges de la Minusma depuis le début de l’année. Le 1er janvier, un Dingo belge roulait sur un IED faisant deux blessés. Ces deux militaires ont depuis repris leur mission au sein du détachement belge. Le pire avait été évité grâce au blindage du Dingo qui a la capacité de résister à l’explosion d’un IED. Les militaires belges sont présents au sein de la Minusma depuis novembre 2018 sans avoir été victimes d’une attaque avant ce début d’année. Ces deux attaques rappellent que la Minusma est l’une des opérations les plus dangereuses de l’armée belge.

Interrogé à ce sujet à la commission cette semaine, le ministre de la Défense Philippe Goffin a donné les chiffres des victimes d’IED depuis 2018. Le nombre total de victimes des IED au Mali s’élève à 593 en 2018 et 459 dont 137 morts en 2019. La Minusma  a eu 93 victimes dont 8 morts en 2018 et 49 dont 5 morts en 2019. L’armée malienne a eu 187 victimes en 2018 et 148 en 2019. Les autres forces présentes ont eu au total 68 victimes en 2018 et 42 en 2019. Il y a deux jours deux militaires français du Service des essences des armées ont été blessés après qu’un camion citerne de type CaRaPACE ait été visé par l’explosion d’un IED.

Le détachement belge de la Minusma compte un total de 90 hommes. En plus du détachement multisensor de 55 hommes du bataillon de Chasseurs à Cheval, l’armée belge déploie aussi un détachement de vingt-cinq militaires pour le soutien du contingent belge au Mali afin d’assurer les communications ainsi que la maintenance et la réparation des équipements très sollicités dans ce terrain difficile. Elle a également dix officiers de renseignement au sein du centre de renseignements de Bamako ainsi que deux mobile training teams de dix militaires fournissant la formation et l’entraînement aux contingents africains de la Minusma. Au Mali, la Défense belge a une dizaine de militaires au sein de l’EUTM Mali, la mission d’entraînement de l’Union Européenne à destination de l’armée malienne.

Après la première attaque, le Parquet fédéral avait ouverte une enquête pour terrorisme en plus de l’enquête de la Défense.

Un commentaire

Laisser un commentaire