Pourquoi les Piranha DF90 de l’armée belge ne tirent pas des munitions antichars

L’armée belge possède 18 Piranha DF90 et 19 DF30 (crédit-photo Ritchie Sedeyn/BE Défense)

Les Piranha DF90 ne tirent plus de munitions antichars depuis janvier 2019.

En décembre 2019 puis en janvier 2020, les blindés de l’armée belge: le Pandur et le Piranha DF90 avaient fait l’objet de polémiques médiatiques. Suite à cela, il a été décidé d’organiser une audition à la Chambre sur le matériel militaire. Chef de la DGMR, le lieutenant-général Rudy Debaene a été auditionné avec l’assistance du général-major Yves Dupont, responsable des systèmes d’armes de la Défense. L’audition a eu lieu le mercredi 19 février et a duré 4H30. Retour en trois volets sur cet audition très riche d’enseignements.

Un seul vrai tir opérationnel avec des munitions antichars a été effectué (crédit-photo Patrick Brion/BE Défense)

L’armée belge possède 18 Piranha DF90, commandés en 2006 et mis en service en 2008. La presse s’est faite l’écho du syndicat ACMP-CGPM qui s’indignait que ces blindés ne tiraient toujours pas des munitions antichars. Le lieutenant-général Rudy Debaene est revenu en détail sur ce dossier. L’achat de munitions pour ces Piranha s’est fait en plusieurs tranches avec différents types. En décembre 2012, le marché est notifié pour l’achat de munitions 30 et 90mm pour un montant d’1,5 millions d’euros.Cet achat a été présenté et discuté auparavant en commission de la Défense en décembre 2010. Il s’agit de la première commande de munitions flèches (antichars). Ces munitions ont été livrées fin 2014 et les premiers tirs ont eu lieu au camp Berghen en Allemagne, où l’armée belge s’entraîne régulièrement. Des problèmes ont été remarqués au niveau de la douille qui ne sortait pas complètement de la chambre du canon. L’entreprise Mowag a mis un certain temps à faire les modifications. La dernière commande a été effectuée en 2015 pour 2.000 coups. Entre 2015 et 2017, l’armée belge n’a pu effectuer qu’un tir opérationnel à la période mai-juin 2017. Il a alors été constaté une usure supérieure du canon avec ces munitions antichars. Pour cette raison, il y avait des problèmes à la tourelle pour la stabilisation de la vision. Fin 2018, le système est complètement apte à tirer.

Le système Spike est la seule arme antichar de la Composante Terre (crédit-photo Ritchie Sedeyn/BE Défense)

Après une longue mise en marche, le général-major Marc Thys, commandant de la Composante Terre, a pris la décision de ne plus tirer ces munitions antichars en janvier 2019. L’usure plus grande du canon et du système mécanique, qu’occasionnent ces munitions, nécessitait beaucoup trop de maintenance que n’aurait pas pu assumer l’armée en manque de techniciens. Le deuxième type de munitions anti-blindés et bunker est donc utilisé sur les Piranha DF90. Le général-major Rudy Debaene a précisé que cela ne signifiait toutefois pas qu’il n’y avait plus de capacité antichars. En 2015, l’armée a fait l’acquisition de systèmes Spike-LR qui ont une porté de 4.000 mètres et capables d’engager n’importe quel type de char. Les premiers missiles ont été tirés à Berghen en novembre 2015.

La polémique concernait aussi le choix du calibre. « Au sein de la Défense, la commande avait déjà suscité des questions car le 90 mm n’est pas un calibre standard au sein de l’OTAN. Les chars Léopard disposaient d’ailleurs d’un canon de plus gros calibre », interrogeait à la presse à l’époque. Le général-major Rudy Debaene, qui s’était occupé en partie du dossier, a expliqué le calibre 90 n’était pas imposé dans le cahier des charges. « Il y a eu une réelle compétition. Sur les cinq candidats, trois proposaient le calibre 90. Iveco Italie proposait même du 105mm. La Défense a mentionné que le but de ce véhicule était pour être utilisé au sein d’une capacité médiane non dans une bataille de chars », a-t-il précisé. Au final, c’est un bien un calibre 90 qui a été choisi.

La première commande comprenait 18 Piranha DF90 avec la possibilité de commander 22 autres mais le ministre de la Défense Pieter De Crem, à son arrivée, avait décidé de ne pas lever cette option. Il estimait le calibre 30 mieux adapté aux missions de l’armée belge.

58 commentaires

  1. Cela est, hélas, le résultat de choix bien contestables comme celui de privilégier une certaine aéromobilité des véhicules blindés au détriment d’une réelle capacité de lutte anti-tank. Abandonner les chenillés, véritables tout terrain, pour des véhicules à roues tout chemins et devoir compter sur les autres armées de l’OTAN pour occuper le terrain avec leurs tanks est symptomatique de la vision limitée de la Belgique pour sa Défense : être réduit à des « capacités de niche ». Triste période que celle-ci.

    J’aime

  2. Peut être qu’à l’avenir les calibres seront plus gros, sans doute à l’est:
    https://www.areion24.news/2020/05/27/appui-dinfanterie-le-retour-aux-calibres-lourds/

    Mais les munitions télescopiques permettent certaines choses:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/03/un-canon-sans-chaine-mais.html

    Exemple avec un plus petit calibre (20 mm) pour les forces spéciales allemandes:
    https://forcesoperations.com/coup-de-punch-made-in-france-pour-les-forces-speciales-allemandes/

    J’aime

  3. Implantation d’une usine pour les Lynx en Hongrie:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/08/derniere-minute.html

    https://blablachars.blogspot.com/2020/07/leopards-hongrois.html

    Versions différentes du Boxer qui en fait une plate-forme de plus en plus généraliste:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/07/lallemagne-continue-de-se-preparer-son.html

    https://blablachars.blogspot.com/2020/08/boxer-poseur-de-pont.html

    Blindage réactif pour les Puma:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/07/blindage-reactif-pour-les-puma-allemands.html

    Offensive de communication autour du canon du futur MGCS:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/08/un-coup-de-com-de-130mm.html

    L’offensive des industriels de l’armement allemand est tout azimuts.

    On en oublierai presque le la lâchage en rase campagne de John Cockerill juste avant la compétition sur le Stryker par Pratt Miller :
    https://blablachars.blogspot.com/2020/08/un-changement-dalliance-inattendu.html

    J’aime

  4. Les anglais vont renoncer aux blindés Challengers II et Warriors:
    http://www.opex360.com/2020/08/25/la-british-army-pourrait-etre-contrainte-de-retirer-du-service-ses-chars-challengers-2-et-ses-blindes-warriors/

    Le premier véhicule n’aurait jamais servi s’il n’y avait pas eut Saddam en Irak et le second est emblématique de la faillite du pouvoir politique européen qui a confié une mission impossible aux soldats sous le béret bleu azur de l’ONU:
    https://www.lemonde.fr/blog/aboudjaffar/2018/11/28/la-somme-de-toutes-les-hontes/

    https://plumedegazellesite.wordpress.com/2017/02/10/warriors-limpossible-mission-le-film-engage/

    J’aime

  5. Un char de combat ou dans le cas d’espèce un véhicule blindé a de nombreux rôles qui ne peuvent être circonscrit au combat du char contre un char.

    Une fonction non prééminente doit elle dicter les caractéristiques de notre futur char ou doit on les définir en fonction des emplois les plus courants ou les plus probables ?

    Le coût des armes occidentales est souvent grevé par la satisfaction de performances marginales pour faire plaisir à des intérêts particuliers qui n’ont rien à voir avec l’intérêt militaire de la chose…

    J’aime

  6. Pour les livraisons d’armes à l’Ukraine, le canard enchainé (édition du 13/04/2022) parle de 60 000 missiles anti-chars et 25 000 missiles anti-aérien!!!
    https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2022-04-13/guerre-en-ukraine-pourquoi-l-armee-russe-perd-elle-autant-de-chars-2c938669-2b8e-40b4-a16a-59320d35837f

    Plus les moyens américains en matière d’OSINT…

    Forcément ça pique un peu et pas que symboliquement pour Moskva…
    https://www.lemonde.fr/international/article/2022/04/15/guerre-en-ukraine-la-perte-du-croiseur-moskva-un-coup-dur-operationnel-et-symbolique-pour-la-russie_6122298_3210.html

    J’aime

  7. Antérieurement, les canons 90 mm ont bénéficié de ces munitions flèches. Mais voici les termes de la communication officielle qui a expliqué l’interruption de leur usage : « L’usure plus grande du canon et du système mécanique, qu’occasionnent ces munitions, nécessitait beaucoup trop de maintenance que n’aurait pas pu assumer l’armée en manque de techniciens ».

    Le deuxième type de munitions anti-blindés et bunker est donc utilisé » .
    Lorsqu’ils évoquent ce second type de munition, il s’agit de HESH, un explosif plastique à tête d’écrasement.

    Il est vrai que les DF90 n’ont jamais été envisagé comme étant apte à jouer le rôle de chars, surtout pas de duels avec de « vrais » chars classiques.

    C’est surtout un armement pour procurer un appui à l’infanterie.

    Avant que certains ministres deviennent allergiques à tout ce qui utilisait des chenilles, l’armée belge avait initialement pas moins de 334 chars Léopard 1, dûment modernisés localement, avec de la vision thermique, de la télémétrie LASER et une conduite de tir d’avant-garde (SABCA) de fabrication nationale (qui s’est même exportée aussi loin que l’Australie ! ).

    Ces excellents chars étaient complétés par des chars-ponts, des chars de génie, des chars dépanneurs et même 55 chars anti-aériens GUEPARD, ultra-modernes, doté de 2 x Oerlikon de 35 mm , guidés par radars de recherche et un autre de poursuite, le tout monté sur plate-forme Leopard 1).

    Ce sont ces même engins, que l’Allemagne s’efforce actuellement de tirer de la naftaline, pour les livrer à l’armée ukrainienne. Pas une mince affaires après des années d’hibernation…

    Pour en revenir aux deux véhicules PIRANHAS incendiés, il y a tout lieu de croire qu’ils se trouvaient là pour que les « mounting » d’origine israélienne , dotées d’un canon MK44 de 30 mm (le 30 x 173 mm standard OTAN) soient modernisées par l’entreprise qui les a initialement fournis. Je suppose qu’il s’agit notamment d’ajouter des lanceurs pour missiles antichars SPIKE.

    Ce serait très logique . idem que chez les tchèques.

    Mais plus logique encore, (sauf pour le budget) aurait été de remplacer ces dispositifs par des tourelles modernes de fabrication locale (John Cockerill.)

    Toute une gamme existe ! Et elle peuvent évidemment acclimater le canon (US) MK44 de 30 mm ainsi que tous les types de missiles antichars.
    Rechargement sous blindage.

    Mais bon, j’imagine que la perspective de l’arrivée , à moyen terme , du véhicule remplaçant le Piranha, neutralise cette perspective.

    Ce remplaçant (surtout déterminé pour des raisons politiques et économiques) est.le GRIFFON français. Qui, lui , est juste armé d une 12, 7 mm ( la même qu’en 1944 ) ou d’un LGA de 40 mm.

    C’est fou de voir comment la « puissance de feu » va encore dégringoler. Dangereux car il n’y a pas que le SAHEL comme zones de combat potentielles !!

    Avant les canon-mitrailleurs de 30 x 173 mm et les canons de 90 mm, les véhicules de combat d’infanterie belges , chenillés et bien protégés (type AIFV), disposaient d’une tourelle monoplace , principalement dotée d’un Oerlikon de 25 mm. Même munition OTAN que le VBCI français.

    Ce calibre-là, le 25 mm, est vraiment un « minimum vital » pour des véhicules de combat appelés potentiellement à de la haute intensité !

    Il faut donc espérer que les grands penseurs s(des deux Pays) vont prévoir des solutions contemporaines pour qu’au moins une partie des GRIFFON, se voient dotée d’un canon mitrailleur de 25 mm , voire de 30 mm (même le « petit 30mm », le 30 x 119 mm serait mieux) . Et tant pis si c’est au prix d’une ou deux places assises.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.