L’US European Command s’installe en Belgique

L’US Europ Command déménage à Mons (crédit-photo EUCOM)

L’US European Command s’installe en Belgique. 

Le Secrétaire d’État américain Mark Esper a annoncé ce 29 juillet 2020 une importante révision de l’organisation du commandement des forces américaines en Europe (EUCOM). Ce commandement, basé à Stuttgart, rassemble l’ensemble des forces américaines en Europe, qu’elles soient terrestres, navales, aériennes ou autres.

Son effectif a pu atteindre 400.000 hommes durant la guerre froide. Depuis 1991, ces effectifs n’ont fait que décroître. Les grandes unités blindés (1st Armored Division et 1st Infantry Division) ont été remplacées par des brigades plus légères (2nd Cavalry Regiment et 173rd Airborne Regiment). À côté d’elles, d’autres unités de taille plus réduite assurent le soutien.  Son commandant  occupe également la fonction de SACEUR, Supreme Allied Commander Europe (commandant en chef des alliés pour l’Europe). Ce poste est occupé actuellement par le général de l’US Air Force Tod Wolters.

Le plan présenté de réorganisation entraîne une diminution du nombre de soldats américains en Allemagne, passant de 36 000 à 24 000. 6 400 d’entre eux vont rentrer aux États-Unis. Parmi eux, les 4 500 hommes du 2nd Cavalry Regiment. Cette unité est une brigade Stryker, rassemblant 4 500 soldats et 300 véhicules de la famille Stryker. Les 5 600 autres membres du personnel vont être répartis dans différents pays de l’OTAN.

Pour ce qui concerne directement la Belgique, le quartier général de l’EUCOM déménage pour rejoindre le site du SHAPE, près de Mons. Cette décision est vue par le Secrétaire général de l’OTAN comme une marque d’attachement des Etats-Unis à l’OTAN. De plus, cela évitera de nombreux voyages pour le général Wolters. Le quartier général de l’OTAN de Naples verra également arriver des Américains.

D’autres quartier généraux américains vont également quitter l’Allemagne. Celui du V Corps va rejoindre Varsovie, signe du rapprochement entre la Pologne et les USA en ce qui concerne la défense de l’Europe. Le sort de l’AFRICOM n’est quant à lui pas encore connu. Un déplacement vers la base de Rota en Espagne ou vers l’Italie ne sont pas à exclure.

Le Général Wolters, lors de la même conférence de presse, a également annoncé que le commandement des opérations spéciales en Europe (SOCEUR), trois quartier-généraux de niveau brigade (qui pourraient être stationnés à Chièvres), un bataillon Air Defense et un bataillon du génie allaient également être déplacés d’Allemagne vers la Belgique. Le lieu ou les lieux où seront stationnés ces unités ne sont pas encore connus.

Ce retrait n’est pas une surprise. Le Président Trump avait déjà annoncé au cours des mois précédents qu’il comptait diviser par deux la présence américaine en Allemagne, en voulant la réduire à 25 000 (le chiffre officiel du Pentagone de soldats présents en permanence n’est que de plus ou moins 34 000, chiffre qui peut monter à plus de 50 000 lors d’exercices). Ce retrait prend place dans un contexte de tensions, notamment commerciales, entre l’Allemagne et les États-Unis.

Un commentaire

Laisser un commentaire