La Défense maintient ses objectifs de recrutement à la hausse

La ministre de la Défense Ludivine Dedonder a présenté à la presse les chiffres de recrutement pour 2022 (crédit-photo Vincent Bordignon/BE Défense)

La Défense maintient ses objectifs de recrutement à la hausse.

La ministre de la Défense Ludivine Dedonder a présenté hier à l’Ecole Royale Militaire la campagne de recrutement pour l’année 2022. Les chiffres des postes vacants sont stables à savoir 2.500 militaires, un chiffre similaire à 2021. En revanche, les chiffres sont en très large hausse pour les civils, 560 pour 2022 contre 150 en 2021. C’est pareil pour la réserve qui n’est pas loin des 1.000 postes vacants soit une hausse de plus de 50% par rapport à 2021, qui était déjà une année de forte augmentation.

Le principe de deux périodes d’incorporation (mars et août/septembre) pour les officiers et les sous-officiers a été conservé. La Défense va tenter une autre approche pour recruter des profils techniques, dont la pénurie est criante ces dernières années. Les fonctions techniques sont ouvertes même aux candidats ne disposant pas de diplôme et la Défense leur offrira désormais, à ses frais, la possibilité de suivre une formation baccalauréat technique dans différentes spécialités pendant leur formation.

La ministre Ludivine Dedonder s’est félicitée aussi des excellents chiffres de recrutement de l’année 2021 en cours. Plus de 8.277 jeunes ont déjà postulé cette année. « Dans la mesure du possible, par catégorie, le nombre d’incorporations dépasse de 10 % le nombre de places vacantes. Le but de ce « dépassement » est de compenser les départs en début de formation. L’objectif pour l’année de recrutement 2021 est de disposer de 2.500 nouvelles recrues », expliquait-elle en mai dernier dans une réponse écrite au député Jasper Pillen. Avec le dépassement de 10 %, une incorporation de 2.777 postulants est prévue cette année: 333 officiers, 1.055 sous-officiers et 1.389 volontaires. Les postes, qui attirent le plus, sont ceux de fantassin, paracommando, chauffeur, ambulancier, force protection et pompier d’aérodrome.

Pour atteindre ces objectifs de recrutement, la Défense va accroître ces événements de recrutement: nombreuses campagnes d’information interactives, des jobdays, des journées « découvertes » en immersion ou d’autres événements. « Le regain d’intérêt des jeunes pour la Défense et l’augmentation notable du nombre de postulants pour certains postes vacants, parfois plus du double, est en partie le résultat de notre campagne de communication », estimait la ministre dans une autre réponse écrite au mois de mai au député Emmanuel Burton. Cette année, la Défense n’a presque pas pu organiser ses traditionnels jobdays à cause de la pandémie et a pallié avec du virtuel.

A son arrivée en octobre 2020, la ministre Ludivine Dedonder s’est fixée comme objectif de recruter 10.000 militaires d’ici 2024. La pénurie de personnel atteint un point critique comme l’ont montré différents événements ces derniers mois. Les chiffres de recrutement, tels qu’ils étaient prévus par la vision stratégique de 2016, ont été vite dépassés face à l’urgence de la situation et la vague de départs. En 2019, on dépassait déjà les 2.000 postes vacants alors que ce chiffre ne devait être atteint qu’en 2021.

 

2 commentaires

Laisser un commentaire