La Composante Médicale pourrait se doter d’un troisième bataillon

En plus des deux bataillons médicaux dédiés aux unités du Special Operations Regiment et de la Brigade Motorisée, un troisième aura la charge des toutes les capacités opérationnelles de la deuxième ligne (crédit-photo Rein Van den Bergh/BE Défense)

La Composante Médicale pourrait se doter d’un troisième bataillon.

Dans un message adressé à son personnel, le nouveau chef de la Composante Médicale depuis septembre 2021, le général de brigade Marc Ongena a fait le point sur les investissements prévus dans le cadre du plan STAR et ceux déjà en cours de réalisation avec la vision stratégique de 2016.

Déjà annoncé dans la note de politique générale pour 2022, l’hôpital militaire Reine Astrid sera transformé en une nouvelle plateforme médicale pour 2030 qui abritera entre autres un hôpital de crise et de gestion de catastrophes. « L’hôpital pourrait également servir de capacité de réserve ou de crise et ne pas fonctionner comme un hôpital indépendant. À cette fin, des partenariats devront être conclus avec les hôpitaux de Bruxelles », expliquait la ministre Ludivine Dedonder en juillet dernier. Le nouvel hôpital sera donc associé avec des partenaires civils tout en gardant sa spécificité de médecine militaire.

« D’autres investissements sont programmés, comme de nouvelles ambulances, de nouveaux équipements médico-tactiques, ou du matériel spécialisé, permettant à la Composante Médicale, de pouvoir continuer à assumer ses missions, comme elle le fait en ce moment », annonce le général de brigade Marc Ongena. Dans le cadre du contrat CaMo, des ambulances Griffon sont déjà prévues pour équiper le 23ème bataillon médical, tout nouvellement créé et qui soutient les unités de la Brigade Motorisée.

En 2021, la Composante Médicale a aussi reçu son nouvel hôpital de campagne de rôle 2. « Des modules supplémentaires et des achats d’articles médicaux indispensables suivront bientôt, afin d’être prêt à s’engager dans une vraie mission à partir de la mi-2023 », se félicite-t-il. L’initial operational capable (IOC) est prévue en 2022 et le full operational capable (FOC) en 2026. Le nouvel hôpital de campagne devrait être déployé pour la première fois en exercice en 2023 lors du grand exercice français FTX (Field Training Exercise) Orion auquel participera la Belgique dans le cadre du contrat CaMo.

Si la réception et le premier montage du nouvel hôpital de campagne ont été assurés par le 5 EMI (élément médical d’intervention) de Nivelles, sa gestion temporaire reviendra finalement au 23ème bataillon médical. Plus tard, un troisième bataillon médical, qui rassemblera toutes les capacités opérationnelles de la deuxième ligne dont l’hôpital de campagne, devrait voir le jour. « En collaboration avec l’état-major de la Défense, une proposition de localisation de cette unité sera faite aux autorités politiques, qui prendront, en temps voulu, une décision », a-t-il précisé. Dernier rescapé des éléments médicaux d’intervention, le 5 EMI devrait être l’unité pilote de ce nouveau bataillon.

Avec l’augmentation de l’enveloppe du personnel, le général de brigade Marc Ongena estime que les effectifs de la Composante Médicale devraient atteindre un peu plus de 2.000 personnes. A la base de la Vision stratégique, elle était la seule qui augmentait déjà ses effectifs de 4% à 7% des effectifs globaux de la Défense à l’horizon 2030. Actuellement, la Composante Médicale compte 1.269 hommes d’active et de réserve plus les civils.

4 commentaires

  1. Transformer l’Armée Be. en une Croix. Rge. Internationale de plus de 2000 hommes qui la composerait c’est aberrant pour un contingent de 29.000 hommes au total . On ferait bien mieux de se conformer à ce qui avait été envisagé il y a quelques années à savoir une Brigade Para au lieu des maigres régiments actuels qui font misère !
    Rien n’interdit cependant de renforcer Notre Protection Civile tant en hommes qu’en matériel pour l’intérieur du pays si c’est cela qu’on veut après les lacunes graves constatées lors des inondations des 14, 15 et 16 juillet 2021 ou alors encore reformons donc un contingent destiné uniquement aux « Forces de l’Intérieur  » afin de renforcer une connexion valide entre l’armée et la nation. Cette question se pose de façon +/- prégnante car la politique de défense Be. a tjrs recherché à se fondre voir se cacher dans une politique européenne de défense .

Laisser un commentaire