Le chasseur de mines Lobelia participe au grand exercice Cold Response

Le chasseur de mines Lobelia est la seule contribution belge à l’exercice Cold Response (crédit-photo IPR Lobelia)

Le chasseur de mines Lobelia participe au grand exercice Cold Response.

Du 10 mars au 10 avril, les forces armées norvégiennes organisent un grand exercice bisannuel de haute intensité en milieu arctique, intitulé Cold Response, depuis 2006. Ce dernier rassemblera plus de 30.000 militaires de 25 pays en majorité de l’OTAN (14.000 pour les forces terrestres, 13.000 pour les forces maritimes et 8.000 pour les forces aériennes et l’état-major), 220 avions et 50 navires. Il débutera réellement le 14 mars avec des manoeuvres aériennes, navales et de forces spéciales dans le nord de la Norvège.

La contribution de la Belgique se limitera au chasseur de mines Lobelia avec un équipage de 42 hommes. Ce dernier a intégré le Standing NATO Mine Counter Measure Group 1 (SNMCMG1) au mois de février. La flotte de déminage de l’OTAN compte en plus des navires allemand, estonien, lettonien et néerlandais. Elle évolue actuellement en mer Baltique et fournit une partie des forces navales de l’exercice Cold Response. Des militaires belges sont également présents au sein de l’équipe Opérationnelle de Liaison et de Reconnaissance (OLRT) du Corps de réaction rapide France, qui fera partie de l’état-major.

L’édition 2020, qui aurait dû être la plus importante avec 19.000 militaires, avait été annulé à cause du covid-19 au tout début de l’arrivée de la pandémie en Europe. La Belgique avait envoyé un détachement de 120 militaires, qui formait une compagnie amphibie fournie en majorité par le 3ème bataillon de parachutistes.

Laisser un commentaire