Le nouvel hôpital de campagne a été déployé pour la première fois à Bourg-Léopold

Le nouvel hôpital de campagne a été déployé pour la première fois à Bourg-Léopold (crédit-photo Composante Médicale)

Le nouvel hôpital de campagne a été déployé pour la première fois à Bourg-Léopold.

Commandé en décembre 2019 au consortium franco-britannique UTILIS-G3S, le nouvel hôpital de campagne de la Composante Médicale a été livré entre décembre 2020 et le mois de mars de cette année. En tout, le 5 EMI de Nivelles, qui en aura la charge, a reçu plus de 40 semi-remorques. Dans le cadre de la montée en puissance de sa capacité opérationnelle, des militaires de l’unité ont suivi une formation sur son montage par la société française Utilis en mars dernier.

La prochaine étape était son déploiement intégral qui devait avoir lieu ce mois-ci à Marche-en-Famenne. « Ce déploiement servira à un contrôle d’intégration. Tout a été conçu sur plans et selon un cahier spécial des charges. Nous devrons nous assurer que la livraison par la firme soit conforme et que tout fonctionne comme nous l’avions stipulé », expliquait le lieutenant Gosset, gestionnaire du matériel. Un premier test grandeur nature.

C’est finalement à Bourg-Léopold qu’a eu lieu ce premier déploiement avec le soutien du 18ème bataillon logistique et des différentes unités de la Composante Médicale. « Les équipements médicaux, de terrain et logistiques sont déployés, testés et soumis à des contrôles quantitatifs et qualitatifs comme spécifié dans le cahier des charges », a expliqué la Composante Médicale. Des responsables de la DGMR étaient également présents pour ce contrôle. Complètement déployé, l’hôpital de campagne comprend plus de cinquante tentes.

L’initial operational capable (IOC) est prévue en 2022 et le full operational capable (FOC) en 2026. L’hôpital de campagne pourrait être utilisé pour la première fois en exercice en 2023 lors du grand exercice français FTX (Field Training Exercise) Orion auquel participera la Belgique dans le cadre du contrat CaMo.

3 commentaires

  1. L’hôpital de campagne belge précédent est en train de pourrir au Liban, non?

    Depuis l’explosion du port de Beyrouth, ce pays s’enfonce dans une longue agonie:
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/06/18/les-puissances-mondiales-promettent-de-l-aide-a-l-armee-libanaise_6084613_3210.html

    Dans une économie globalisée, les crises ont des impacts les unes sur les autres: les malheurs du Liban ont favorisé une nouvelle vague migratoire vers la Côte d’Ivoire.
    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210104-la-nouvelle-migration-libanaise-en-afrique

    Ce qui fait aussi grincer les dents des locaux:
    https://www.lecommercedulevant.com/article/23229-les-libanais-de-cte-divoire-tiennent-40-de-lconomie

    La crise libanaise va avoir de grosses répercussions en Afrique:
    https://www.africaintelligence.fr/afrique-ouest-et-centrale_business/2021/05/14/l-effondrement-de-beyrouth-se-repercute-sur-les-filiales-africaines-des-banques-libanaises,109665458-gra

    Quand à l’ONU, sa marginalisation par les pays les plus puissants pousse le modèle de crise en crise…
    https://www.diploweb.com/La-securite-collective-onusienne-un-systeme-en-faillite-Entretien-avec-William-Leday.html

Laisser un commentaire