Un premier Alouette III retiré servira à l’instruction des futurs sous-officiers

Un premier hélicoptère Alouette III a rejoint sa future destination (crédit-photo adjudant Devid Ryckewaert/Base Coxyde)

Un premier Alouette III retiré servira à l’instruction des futurs sous-officiers.

Après avoir rendu service à la Défense pendant 50 ans, les trois Alouette III prendront leur retraite le mois prochain. Un premier, immatriculé M-3, a été retiré du service en septembre dernier. Il connaît sa future destination. Il a quitté la base de Coxyde ce jeudi 17 juin pour le Campus Saffraanberg à Saint-Trond où se trouve l’Ecole Royale des Sous-officiers (ERSO). « L’hélicoptère servira désormais, entre autres, à la formation technique des futurs sous-officiers, spécialistes en mécanique aéronautique, en électronique aéronautique et en armement aéronautique », a précisé la base. Ne pouvant plus voler, l’Alouette III a été transporté par camion vers sa future destination.

Les deux autres hélicoptères Alouette III sont toujours actifs. Entre février et mai de cette année, l’Alouette III, immatriculé M-1, était embarqué à bord de la frégate Léopold Ier qui escortait le porte-avions Charles de Gaulle. Il a principalement été utilisé comme hélicoptère SAR (Search and Rescue) lors des opérations de vol effectuées par les avions de chasse français. Actuellement, il est à bord du navire de commandement et de logistique Godetia, qui a intégré en janvier dernier le Standing NATO Mine  Countermeasures Group 1 (SNMCMG1), la flotte de déminage de l’OTAN. Le retour en Belgique est prévu à la fin du mois.

Quant à l’Alouette III, immatriculé M-2, il continue d’être actif au sein de la 40ème escadrille de la base de Coxyde.

Après leur retrait en juillet prochain, les Alouette III ne seront pas remplacés numériquement. Leur mission sera repris par les 4 NH-90 NFH qui ont également repris celle des Sea King.

Un commentaire

Laisser un commentaire