La création d’un bataillon belgo-luxembourgeois se confirme

La coopération belgo-luxembourgeoise dans le domaine terrestre pourrait franchir une nouvelle étape (crédit-photo LU Arméi)

La création d’un bataillon belgo-luxembourgeois se confirme.

En marge de la visite de Josep Borrell, haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-président de la Commission européenne, à la base de Melsbroek, le ministre de la Défense luxembourgeois François Bausch a confirmé ce mercredi la création d’un bataillon belgo-luxembourgeois terrestre. Selon le communiqué de la Défense luxembourgeoise, une lettre d’intention sera signée entre les ministres François Bausch et Ludivine Dedonder le 7 juillet prochain lors de la prochaine réunion Gäichel entre les gouvernements belge et luxembourgeois. « Un projet qui s’insère dans la planification de défense de l’OTAN », précise le communiqué.

Parallèlement, l’amiral Michel Hofman, chef de la Défense belge, a rencontré le même jour son homologue luxembourgeois, le général Steve Thull. Etaient également présents à cette réunion, les deux vice-chefs belge et luxembourgeoise de la Défense, le général-major Marc Thys et le colonel Pascal Ballinger. Au programme de cette rencontre, « des futurs projets binationaux » selon les termes du CHOD belge. Sans aucun doute, le projet du futur bataillon binational terrestre a été sur la table.

Dans notre article du 7 mai dernier, nous évoquions le fait que ce bataillon belgo-luxembourgeois serait caserné à Arlon au camp Lagland. Toutefois le ministre luxembourgeois François Bausch a tenu à préciser que l’endroit de stationnement reste à définir. Le site du quotidien luxembourgeois Luxemburger Wort avance que selon des sources proches du dossier, le camp Lagland serait un choix logique mais qu’aucune décision n’a été prise.

Une unité belgo-luxembourgeoise ne serait pas une première. L’unité Belgique – Luxembourg A400M (BNU A400M) gère la flotte de huit appareils, dont 7 belges et un luxembourgeois. En remontant plus loin, un Corps de Volontaires belgo-luxembourgeois est allé se battre en Corée en 1951. En remontant encore plus loin, on trouve la brigade Piron durant la Seconde Guerre mondiale.

Un commentaire

Laisser un commentaire