L’opération Spring Guardian, c’est terminé

Les unités « Force Protection » du 1er, 2ème et 10ème Wing de la Composante Air ont régulièrement été déployées dans le cadre de l’opération Spring Guardian (crédit-photo Composante Air)

L’opération Spring Guardian a pris fin.

Comme l’avait annoncé la ministre Ludivine Dedonder en août 2022, l’opération Spring Guardian a officiellement pris fin le 31 décembre dernier. Cette information nous a été confirmée par la Défense. Il ne restait plus qu’une trentaine de militaires pour garder trois sites nucléaires dans le nord du pays. Il y avait des unités de la Composante Air à Doel et des unités de la Composante Terre à Mol et Geel. Fin décembre, le bataillon Artillerie annonçait qu’il avait exécuté cette mission pour la dernière fois. Durant l’année 2022, il a été déployé durant dix semaines dans le cadre de cette opération. Le bataillon de Chasseurs à Cheval était aussi présent durant la dernière semaine de décembre. Les tâches des militaires ont été entièrement reprises par la police.

A ses débuts, l’opération Spring Guardian a mobilisé jusqu’à 140 militaires. Les chiffres ont toutefois très vite baissés autour de la soixantaine. Les centrales nucléaires ont été les premiers sites à être repris par la nouvelle Direction de Sécurisation de la police fédérale lors de sa mise en place en 2018 avec celle de Tihange.

Avec la fin de l’opération Spring Guardian, il n’y a plus aucun militaire déployé sur le territoire national depuis le 1er janvier 2023. Cette situation aura duré huit ans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.