La flotte des NH-90 NFH a passé le cap des 5.000 heures de vol

Les NH-90 NFH ont passé le cap des 5.000 heures de vol (crédit-photo Adjt Jozef Vanden Broeck/Composante Air)

La flotte des NH-90 NFH a passé le cap des 5.000 heures de vol.

La 40ème escadrille de Coxyde a annoncé que sa flotte de 4 NH-90 NFH (Nato Frigate Helicopter) avait passé le cap des 5.000 heures de vol durant le mois de novembre, six ans après leur mise en service. Les NH-90 ont commencé à prendre progressivement le relais des Sea King à partir d’août 2015. « Atteindre ce nombre d’heures de vol n’est possible que grâce à une bonne coopération entre tous les services concernés, bref tous les employés de la base de Coxyde. Ce n’est qu’avec leur coopération et leur persévérance qu’il est possible, dans des circonstances difficiles et avec des ressources limitées, de permettre à l’avion de voler autant que possible », s’est félicitée la base de Coxyde. Les festivités prévues à cette occasion ont été reportées à cause de la pandémie.

Le RN03 est parti en maintenance après 1.200 heures de vol: inspection et vérification des boîtes de vitesse, des moteurs et des rotors. Avec seulement quatre appareils, la flotte des NH-90 NFH est sous tension puisqu’elle doit assurer des missions SAR (Search and Rescue) mais aussi des missions MAR (appui à la Marine). Dans un rapport de décembre 2019, la Cour des Comptes soulignait toutefois qu’elle avait effectué le plus d’heures de vol par appareil que la moyenne internationale.

En juin 2020, la Défense a fait le choix de privilégier les NH-90 NFH au profit des NH-90 TTH (Tactical Transport Helicopter). Ces derniers ont vu leur plan de vol drastiquement baisser à environ 1.000 heures par an. Les raisons sont des mises à jour coûteuses, un soutien industriel imparfait et des pénuries de personnel. Typiquement, ils ne sont plus utilisés que pour de la formation et des exercices comme c’était le cas ces deux dernières semaines avec Tropical Storm au Gabon. Ils l’ont également été lors des inondations de juillet. Selon le colonel Jean-Didier Vandezande, commandant de la base de Beauvechain, qui s’est exprimé cette semaine dans le journal L’Avenir, ils resteront opérationnels au moins jusqu’en 2024. Pour la suite, ce sera aux politiques de décider notamment au sujet de son potentiel remplaçant.

Depuis mars 2019, les NH-90 NFH assurent totalement les missions SAR. L’avenir dira s’ils auront la même durée que les légendaires Sea King qui comptabilisaient 60.000 heures de vol à leur retrait après 30 ans de service.

Un commentaire

Laisser un commentaire